Drops4Crops

Profitant de chaque goutte d’eau au Burkina Faso et au Bénin

L’eau est vitale. Cela est particulièrement évident en période de sécheresse. Au Burkina Faso et au Bénin, pays de la région aride du Sahel, le temps devient de plus en plus imprévisible. De longues périodes de sécheresse sont entrecoupées avec des averses de pluie extrêmes. Cela a des conséquences pour les nombreux producteurs, leurs travaux et leurs ménages. Une grande partie de la population du Burkina Faso et du Bénin travaille dans l’agriculture.

Drops4Crops s’engage à soutenir les ménages dans ces régions fragiles dans les deux pays.

Benin:

Au Bénin, nous travaillons jusqu’à 2025 pour améliorer l’utilisation plus efficace de l’eau dans les régions sèches du Sahel d’Atakora et de Donga : régions caractérisées par une grande pauvreté et une longue saison sèche. Les jeunes migrent de plus en plus parce qu’il n’y a guère de choses à gagner dans la région. Il est urgent d’accroître la production et, d’autre part, de rendre la production plus résiliente. L’objectif principal est de mettre en œuvre une bonne gestion de l’eau et de stimuler une utilisation efficace de l’eau, afin que les producteurs disposent d’une quantité suffisante d’eau pour la production alimentaire toute l’année.

Burkina Faso:

Le projet est réalisé dans les provinces de Zondoma et Yatenga, dans le nord du Burkina Faso. Cette région est caractérisée par le pourcentage élevé de personnes qui sont dans la pauvreté : près de 70% de la population. La petite quantité de pluie qui tombe dans la zone se concentre en quatre mois. C’est pourquoi nous travaillons dans ce projet depuis septembre  2017 sur la bonne gestion de l’eau, afin que moins d’eau soit gaspillée et que les récoltes puissent être irriguées adéquatement. En outre, nous stimulons l’entrepreneuriat et l’addition de valeur.

Que voulons-nous réaliser?

24.000

personnes bénéficient dans Benin

3.500

producteurs touchés dans Benin

1.596

producteurs touchés dans Burkina Faso

19.172

personnes bénéficient dans Burkina Faso

Comment allons-nous y parvenir?

Les producteurs ont accès à un ensemble de services intégrés de terre, de crédit, d’eau et de techniques d’irrigation innovantes

De nouvelles infrastructures sont mises à disposition pour le stockage et la rétention d’eau

Les producteurs sont formés à l’amélioration des méthodes de production

Grâce à l’amélioration des connaissances du marché et des techniques de marketing, les producteurs apprennent à augmenter leurs revenus

Coopération

Dans les deux projets, des différentes parties unissent leurs forces pour faire une différence ensemble. L’Agence pour l’entrepreneuriat néerlandais (RVO) est également engagé dans ces projets et fournit une subvention à 50%. Une preuve de confiance!

La coopération au Bénin: l’organisation Dedras, l’entreprise de fourniture d’équipements d’eau CSF (Centre Sainte Famille), basé au Burkina Faso, URCooPMa Atactora Donga (l’Union Régional de Coopératives de Maraîchage) et les mairies de 5 communes (Djougou, Péhoncu, Ouaké, Natitingou, Tanguieta) collaborent pour améliorer l’utilisation efficiente de l’eau au Bénin. Le gouvernement est impliqué en tant que responsable ultime de la gestion de l’eau dans la région du projet. Le consortium est plutot géré Woord en Daad comme Chef du fil.

La coopération au Burkina Faso: ASPMY (l’Union des Coopératives de maraîchage de Yatenga) est responsable de la production et des ventes des produits et collabore avec Living Water International, l’Organisation des producteurs ODE, en association des deux Directions Régionales de la région du Nord (DREA et DRAAH). Le gouvernement régional réglemente  la gestion des terres et de l’eau est mis en place en tant que parti public pour une meilleure gestion de l’eau. Le consortium est plutot géré Woord en Daad comme Chef du fil.

‘Auparavant, nous ne pouvions pas obtenir de crédit, beaucoup de femmes n’avaient pas de terres et il y avait toujours une pénurie de ressources et d’eau. Le soutien dans ce qui nous aide et nous donne des occasions d’élargir notre production et de faire un profit. Avec cet argent qu’on gagne, nos enfants peuvent aller à l’école et au médecin s’ils sont malades.’

Wounounin, Benin

‘Autrefois, ma parcelle était en jachère pendant quelques mois par an, parce qu’il y avait un déficit d’eau et le sol était épuisé. Maintenant, j’apprends comment je peux empêcher cela et comment je peux améliorer ma production. Je cultive des légumes comme les carottes et les oignons et mon sol apporte deux fois plus qu’avant.’

Safoura, Burkina Faso

© Woord en Daad | Privacy statementDisclaimer